UFOA B U20: JONAS ET LES JUNIORS VOIENT LEURS RÊVES BRISÉS

Les Éperviers Juniors lors de Bénin-Togo (2-0)

La série noire continue pour le football togolais. Après la double défaite des poulains de Claude Leroy face à l’Égypte, les éliminations de Asko et de Unisport en préliminaire des coupes africaines, c’est le tour des Éperviers Juniors de rentrer prématurément de l’expédition en terre beninoise.

Et pourtant, ce n’est pas faute de n’avoir pas essayé. Ils se sont battus, ces Éperviers juniors en essayant d’écrire une belle page de leur histoire mais devant leurs homologues béninois, nigériens et burkinabè les togolais n’ont pu réaliser leur rêves d’aller en demi-finales en finissant dernier de leur poule. C’est donc logiquement qu’ils rentrent a la maison et ce malgré l’expérience du stratège coach Jonas.

Jonas qui a laissé de bons souvenirs au Mali et en Djibouti est sans un doute un atout immense pour nos U20. Cependant quand les conditions optimales de travail ne sont pas réunies, on ne peut attendre de lui un miracle. Même des coaches capés comme Zidane, Carlos Ancelotti et autres ne réussiront pas. Pour une sélection aussi ambitieuse deux à trois semaines de préparation sont insuffisantes pour jouer une compétition de cette envergure. Ce serait grave de ne pas reconnaître nos torts et doigter COVID-19 comme étant la cause de cet échec. Si les autres arrivent à vivre et travailler avec ce mal nous le pouvons aussi. Le Togo est certes éliminé et c’est dommage pour ces jeunes qui se sont donnés. Le pire serait de les abandonner, d’arrêter le travail et le reprendre à la veille d’une autre compétition.

Jonas Komlan

C’est du regret vu le contenu que nous avons. Ce sont des jeunes qui jouent pour la première vous une compétition de ce niveau. Plus de huit joueurs nigériens par exemple ont participé aux coupes africaines et ils sont plus aguerris… Il faut continuer de suivre ces jeunes, les regrouper périodiquement pour des compétitions amicales afin qu’ils progressent et gagnent en maturité.

Une sélection se construit et se prépare sur la durée comme le reconnaît le coach. Aujourd’hui, il faut poser les bases en organisant régulièrement des championnats nationaux des jeunes. Sans cela ne voyogeons plus parce qu’il faut voyager. Enfin osone démentir Pierre de Coubertin dont la pensée, « l’important c’est de participer » nous colle si bien à la peau.

Catégories :INTERNATIONAL, SPORT, TOURNOI

Tagué:, ,