ÉLECTIONS À LA CAF: QUI ET QUEL PROJET POUR LA RELANCE DU FOOT AFRICAIN ?

L’état de santé délétère du foot africain semble avoir atteint son paroxysme et l’élection du 12 Mars prochain se présente comme la plus indécise avec une multitude de candidatures. Pendant que la FIFA semble jetter son penchant sur Ahmed Yahya, la diplomatie africaine quant à elle semble se ranger derrière Patrice Motsepe.

Ahmed Yahya

À en croire Gianni Infantino, la Mauritanie est un bon exemple du projet foward en Afrique. Yahya a en effet fait un travail de fourmi pour « sortir son pays de la léthargie »,. D’ailleurs les faits parlent d’eux mêmes: mise en place des infrastructures sportives, qualification de la Mauritanie (la première) pour une CAN et 02 pour le CHAN sans oublier la CAN U20 qui se tient actuellement dans ce pays sont à mettre à son actif. Le plus jeune des candidats (44ans) n’a certes pas l’expérience des autres challengers mais le travail abattu à la tête de sa fédération depuis 2011 peut lui servir de tremplin.

Patrice Motsepe

Le propriétaire milliardaire des Mamelodi Sundowns veut entre autre révolutionner les compétitions de la CAF dans les deux suivant son élection, améliorer l’administration et les relations de la CAF avec les confédérations soeurs et la FIFA. Fort du soutien du congolais Moïse Katumbi, l’homme d’affaires Motsepe peut aussi compter sur Philip Chiyangwa de la COSAFA, Amaju Pinnick du Nigeria et la SAFA, des voix qui ont été déterminantes lors de l’élection du malgache AHMAD en 2017.

Ahmad Ahmad… Augustin Senghor

Le président sortant Ahmad Ahmad empêtré dans des ennuis judiciaires, attend le 02 mars pour savoir sur quel pied danser. S’il sort blanchi de cette affaire, son candidat Augustin Senghor, un sérieux prétendant au fauteuil de président de la CAF, ne sera alors qu’un simple figurant. Il faut tout de même préciser à propos de Senghor que sous sa houlette, le Sénégal a enregistré des résultats encourageants (CM Russie 2018 et vice champions d’Afrique en 2019). Senghor qui se dit panafricainiste compte aller vers la professionnalisation du foot africain et la mise en place d’une champions League plus attrayante. Il souhaite aussi limiter le départ des jeunes pépites africaines vers l’Europe. 

Jacques Anouma

L’ancien patron du foot ivoirien et ancien membre du comité exécutif de la CAF et de la FIFA, Jacques Anouma (71 ans) entend mettre son expérience au service de la Confédération africaine de football. Selon lui il est temps que la Côte d’Ivoire prenne les commandes de cette organisation malade et la restaure. Celui qui prône une candidature unique en Afrique de l’ouest prévoit de profonds changements dans l’administration et au niveau des compétitions de la CAF s’il est élu. « Il nous revient de remettre cette organisation sur les rails en diagnostiquant ses maux car elle mérite d’être glorieuse. Soyez rassuré, nous sommes prêts« , martèle t-il.

Avec les élections en vue, le ballet diplomatique et les visites de Gianni Infantino sur le continent africain passent mal. Des voix s’élèvent pour dénoncer la volonté de la FIFA de vouloir choisir un candidat qui lui sera docile. Cependant tout depend des africains et des présidents des associations ou des délégués qui voteront le 12 Mars prochain. D’ailleurs Jacques Anouma l’un des candidats les appellent à faire preuve de discernement. Pour Alain Foka: « une chose est certaine et je suis triste de le dire, ma génération et celle de mes aînés ont échoué à développer l’Afrique mais vous les plus jeunes vous aurez moins d’excuses car vous avez les armes pour renverser la vapeur. La balle est dans votre camp ».

Rappelons que le nouveau président sera de facto vice-président et membre du comité exécutif de la FIFA.

Catégories :INTERNATIONAL, SPORT

1 réponse